Patrimoine de Jaligny et des alentours                

CHATELPERRON

Vues aériennes

Plein écran au clic sur une photo

CHATELPERRON

d'après "les fiefs du Bourbonnais"

En 1896, Aubert de la Faige et Roger de la Boutresse  ont publié  "les fiefs du Bourbonnais", ouvrage qui fait référence pour la connaissance de l'histoire des communes.  Voici l'introduction de la présentation de Châtelperron :

 

"Vers le Puy-Saint-Léon vient finir le chaînon granitique qui se détache à Châtelus  du massif forézien, et commence le dépôt des sables tertiaires de la vallée de la Loire, sous lequel apparaît parfois le terrain de transition. Peu de régions sont plus intéressantes au point de vue géologique et mériteraient davantage d'être étudiées : celle-ci, heureusement, l'est un peu depuis quelques années, et, après avoir satisfait leur curiosité au champ des Belles-Pierres ou vers les curieux affouillements calcaires de la grotte des Fées, les géologues en sont venus à se préoccuper des richesses minérales de ce petit coin de terre."

Pour lire la suite du texte, cliquer sur le bouton ci-dessous :

 

Vue du cadastre napoléonien de 1832

 

Tympan de l'église

Le château de Chassimpierre

   Chassimpierre est le site d'une très ancienne seigneurie. Le château actuel date du 19ème siècle, belle demeure à la mode de l'époque, au centre d'un grand parc planté d'arbres magnifiques.

La propriété fut achetée en 1809 par Jean Baptiste Collas, fondateur de la lignée de la famille Collas de Châtelperron. Voici un diaporama composé de photos récentes et de 2 cartes postales anciennes.

Plus une présentation de l'histoire de Chassimpierre, extraite du livre les "Fiefs du Bourbonnais" publié en 1896 et complétée par le cadatre de 1932 et le recensement de Chassimpierre en 1896.

Cliquer sur le bouton pour lire la présentation

et sur une photo pour voir le diaporama en plein écran

LE PREHISTORAMA DE CHATELPERRON

Le Préhistorama est ouvert depuis le 19 mai, tous les jours, sauf le mardi. On peut consulter son nouveau site internet en cliquant sur le lien suivant                                              PREHISTORAMA

 

Ci-dessous la présentation du site de Châtelperron. Merci à Florence Pacaud.

 

Châtelperron fait de l’Allier un territoire préhistorique renommé et connu dans le monde entier grâce à la découverte en 1840 d’un abri baptisé « La Grotte des Fées » où s’installèrent il y a environ 33 000 ans des représentants des derniers hommes de Néandertal. 
Ce village du Val de Besbre a été choisi comme site éponyme par l’Abbé Henri Breuil en 1911 (préhistorien et premier archéologue à visiter et décrire les grottes de Lascaux en 1940) pour représenter une phase ancienne de l’Aurignacien définie à Aurignac, Haute-Garonne et datée d’environ - 40 000 à -28 000 ans.
Le site éponyme de Châtelperron est alors caractérisé par un outil appelé « pointe ou couteau de Châtelperron » élaboré par les derniers néandertaliens. C’est une lame dont l’un des bords est tranchant et l’autre, abattu par une retouche formant un dos. 
En 1955, la dénomination de la culture du « Châtelperronien » (- 38 000 à -30 000 ans) est adoptée. Elle correspond également à la transition entre le paléolithique moyen et le paléolithique supérieur en Europe coïncidant avec la disparition progressive des hommes de Néandertal et l’émergence d’Homo-Sapiens, premiers hommes modernes, lesquels sont associés à la culture aurignacienne définie à Aurignac.
En 2019, la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) représentée par le Service Régional d’Archéologie basé à Clermont-Ferrand, a décidé de relancer de nouvelles prospections sur le site de la Grotte des Fées, avec l’autorisation des propriétaires.


Pour lire la présentation complète, cliquer sur le lien suivant

Visite commentée de la "Grotte des fées".  Journées du Patrimoine 2020.