Patrimoine de Jaligny et des alentours                

JALIGNY AU MILIEU DES ANN√ČES 1950 - PORTRAITS DE RUE -

UNE MAGNIFIQUE COLLECTION DE PHOTOS ANCIENNES DE LA FOIRE AUX DINDES

Toutes ne sont pas datables d'une façon précise, sauf la première, en 1969 : Luis Mariano, Jacqueline Dulac, Mick Michel, Jack Aris, avec Maurice Thévenoux, maire de Jaligny, au centre.

 

Ne pas oublier de cliquer sur une photo pour voir en plein écran

Des lettres de remerciements

La dinde de Jaligny fut remise à des personnes célèbres. 1951 : Winston Chruchill - 1954 : la reine Elisabeth - 1963 : le pape Paul VI - 1967 : le chanoine Kir - 1968 : Joséphine Baker.

 

A chaque fois, la mairie a reçu une lettre de remerciement, lettre que l'on peut lire dans le diaporama joint ci-contre.

SOUVENIRS DE LA 70ème FOIRE

LA CANTINE DE JALIGNY EN 1988

Le restaurant scolaire actuel date de 1990. Avant cette date, la cantine a d'abord utilisé le sous-sol de l'école primaire puis a été transférée dans un grand préfabriqué, pour accueillir les enfants du primaire et les jeunes du collège. Ce local, qui a été démoli, représentait un progrès à l'époque pour accueillir les nombreux élèves du collège.
Les conditions de travail du personnel y étaient plus adaptées, même si les locaux étaient trop étroits et très bruyants au moment du service.  La vidéo ci-dessous a été tournée par des élèves avec une caméra VHS. La cassette était déjà ancienne lorsque son contenu a été numérisé, ce qui explique une qualité visuelle plutôt médiocre. Mais ce "travail d'élèves" reste un document intéressant sur la vie du primaire et du collège, il y a 35 ans.

LE BARRAGE DE LA CHAUME

LE PROJET DE LA MUNICIPALIT√Č DE JALIGNY

 Les exigences environnementales n'ont pas cessé d'augmenter. Le barrage qui appartient à la commune nécessite de  gros travaux pour être en conformité avec la loi sur les rivières et la  faune, notamment au travers de la continuité écologique. Derrière cette  expression, il faut entendre la possibilité pour les poissons de remonter  la Besbre. Il était impossible pour la commune de faire face  financièrement aux réparations et à la construction de la passe à  poissons.    
    C'est pourquoi la commune a passé un accord sous-tendu par un bail  emphytéotique avec une société porteuse d'un projet hydroélectrique qui  va devenir gestionnaire et responsable du barrage et de son entretien  pendant 40 ans et encaissera les revenus de l’électricité produite.     
    La commune prend seulement à sa charge, dans cet accord, le remplacement d’une vanne.

HISTORIQUE DU MOULIN jusqu'au début des années 1950

En 1939, le moulin de la Chaume était une minoterie moderne capable de moudre 350 quintaux de blé en 24 heures. Il était la propriété de la société fondée par les frères Auguste et Félix Turaud. En 1941, le moulin est passé sous la direction de Marc Turaud, fils d’Auguste et donc neveu de Félix. 
L’origine du moulin semble très ancienne, toujours sur le même emplacement, rive gauche de la Besbre, alors que le « moulin du bourg », près du château se trouvait rive droite. En 1820, le moulin de la Chaume appartenait  à la famille Aubert. En 1873, il est acheté par un boulanger de Jaligny, M. Selaquet. En 1881, M. Turaud père prend le moulin en location. En 1889, le fils aîné de M. Turaud, Auguste, épouse Mlle Selaquet, héritière du moulin. C’est à cette date que le moulin de la Chaume devient la propriété de la famille Turaud.
La société Turaud modernise régulièrement le moulin : la meule est remplacée par des cylindres et l’ancienne  roue fait place à deux turbines aidées par un moteur à gaz pauvre, surtout en période de basses eaux.
Après la première guerre mondiale, le moulin est complètement transformé pour porter la production à 350 quintaux par jour. La turbine hydraulique est associée à un moteur diesel de 150 CV puis à un moteur électrique pendant la deuxième guerre.
Résumé fait d’après l’article de Pierre Labonne, paru dans la revue des études locales

Complément
Jean Aubert, fut maire de Jaligny de Jaligny de 1801 à 1830. 
Félix Turaud est né et mort à Jaligny (Allier) : 19 juillet 1871-11 février 1966. Il était minotier à Vaumas (Allier),  radical-socialiste, puis socialiste. Il fut conseiller général socialiste du canton de Dompierre (Allier) de 1910 à 1922. En 1919, Félix Turaud se sépara du Parti socialiste, auquel il reprochait ses positions internationalistes.
Son frère, Auguste Turaud, est  né et mort à Jaligny (28 février 1865 - 19 avril 1938). Minotier à Jaligny, il faut maire de la commune de 1896 à 1929 et conseiller général républicain socialiste du canton de Jaligny, de 1908 à 1928.
Félix et Auguste Turaud était des personnalités reconnues  dans leur branche professionnelle, au niveau du département de l’Allier mais aussi au niveau national. 

A noter que le pont de la chaume fut construit en 1900 pour permettre un accès direct au moulin à partir du bourg de Jaligny.

LES SOUVENIRS DE JACQUES LUSTIERE

Au moulin de la chaume

 

« J’ai travaillé au moulin pendant 6 ans de 15 ans à 21 ans, entre 1949 et 1955 : 3 ans d’apprentissage puis 3 années d’ouvrier avant de partir au service militaire. J’étais employé par l’entreprise Besson de Sorbier qui avait la charge de l’entretien du moulin. Monsieur Lorisson nous donnait un coup de main pour les gros travaux.

Marc Turaud était le responsable et Régis Bayon tenait le secrétariat. Le « père Guéret » organisait la fabrication de la farine. Il connaissait le moulin comme sa poche. Il avait plusieurs doigts coupés car on n’arrêtait pas le moulin pour remettre une courroie. C’était très dangereux. 

Nous faisions l’entretien de toutes les machines. Nous étions deux pour ce travail. Le grain usait beaucoup le matériel. Les céréales étaient transportées par des vis à grains qu’il fallait réparer ou changer. Le grain montait par une chaîne à godets jusqu’en haut du moulin, après avoir été pesé. On remplissait ainsi le silo à grains.  Le grain repartait du bas du silo pour passer dans les trieurs  selon la taille et la nature des céréales. Jaligny était plutôt spécialisé dans le traitement du blé dur qui venait d’Algérie. Il arrivait par péniche à Dompierre puis par camion jusqu’à Jaligny. 
Le moulin tournait jour et nuit, sauf le dimanche. Les ouvriers étaient partagés en 3 postes. On arrêtait le moulin toutes les 3 semaines pour un grand nettoyage général. C’était l’occasion de faire les grosses réparations.

Avant d’obtenir la farine, le grain faisait le « circuit » du moulin : d’abord le trieur pour calibrer le grain, puis la machine qui enlevait les petits cailloux. Il y avait alors une deuxième pesée qui était suivi du mouillage. Le blé humecté devait légèrement gonfler pendant 3 ou 4 jours. Il était alors broyé par les cylindres comme dans un laminoir. Le tamisage enlevait l’écorce du grain (le son), puis l’enveloppe intérieure. Les plansichters permettaient l’obtention de la farine finale qui était triée selon sa finesse. Chaque produit avait son silo et tout était expédié en sac, du son jusqu’à la farine la plus fine.

La force motrice principale était la turbine hydraulique sur la Besbre. A cette époque les vannes du barrage était en bois. Elles s’ouvraient et se fermaient manuellement grâce à une tige à crémaillère. La turbine avait un axe vertical. Elle faisait tourner une roue avec des dents en bois  qui mettait en mouvement l’arbre horizontal principal sur lequel était fixé un système de poulies de différentes tailles pour obtenir la bonne vitesse pour les différentes machines. Un gros moteur électrique, située dans un bâtiment annexe, servait de force d’appoint en période de basses eaux. »